Publié le 25-03-2016

Le Critérium International vu par Benoît Genauzeau

Samedi 26 mars débutera le Critérium International. Au programme, deux jours sous le soleil de Corse et 3 étapes aux alentours de Porto Vecchio. Le team Total Direct Energie sera dirigé par Benoit Genauzeau, qui a gentiment répondu à nos questions, quelques jours avant le départ.

Pour rappel, les engagés sont Lilian Calmejane, Jérémy Cornu, Fabien Grellier, Fabrice Jeandesboz, Perrig Quéméneur, Romain Sicard, Guillaume Thévenot et Thomas Voeckler.

Benoît, peux-tu nous dire les spécificités du Critérium International ?

Le Critérium est un format assez unique avec trois étapes en deux jours. On ne voit ça sur aucune autre épreuve. Il y a parfois des demi-étapes sur des courses à étapes mais pas sur deux jours. Le week-end va donc être assez dense avec 3 registres de courses différents.

Peux-tu nous présenter les trois étapes qui attendront les coureurs ce week-end ?

La première étape de samedi était historiquement réservée aux sprinteurs notamment dans sa première partie. Cette année le parcours a été modifié. On va avoir une première étape samedi matin un petit plus accidentée. On va voir si malgré tout le peloton va se retrouver groupé pour une arrivée au sprint le matin. C’est un petit peu moins sûr que les autres années. Ensuite, dans l’après-midi, il y aura un petit contre-la-montre individuel. Le dimanche après-midi, il y aura une arrivée au sommet. Le classement général se fait plutôt lors de cette dernière étape.

Quel type de coureur peut-on voir gagner sur le Critérium International ?

Le Critérium International récompense toujours un coureur complet et plus particulièrement un bon grimpeur. L’ascension finale est quand même difficile et longue. Il ne faut pas perdre trop de temps dans le contre-la-montre, il faut arriver avec les meilleurs le samedi matin et puis il faut arriver avec les tous premiers, si ce n’est gagner l’étape du dimanche. C’est un format de course un petit peu inédit par rapport aux autres épreuves de la saison.

Quels seront les objectifs de l’équipe sur cette course ?

Comme à notre habitude, on va essayer de créer la surprise. On fera un bilan après chacune des demi-étapes de samedi. On verra si le peloton reste groupé ou si un petit groupe se présente détaché sur la ligne. On va se placer dans une course de mouvement pour essayer d’ouvrir une petite brèche.

Qui seront les leaders de l’équipe ?

Thomas Voeckler sera évidemment l’un des leaders. Il est en très bonne condition. On fera un point après chacune des demi-étapes pour savoir lequel de nos coureurs est capable de s’imposer dans  l’étape de dimanche. On a quand même nos deux grimpeurs Romain Sicard et Fabrice Jeandesboz qui pourront s’imposer dans l’arrivée au sommet.