Publié le 17-10-2019

Marlon Gaillard : « c’est un rêve de gosse »

Marlon réalise un rêve, celui de passer professionnel. Mais il ne compte pas s’arrêter là.

Le coureur originaire de Chinon cultive la passion du cyclisme depuis les rangs minimes. Après un gros travail et une belle progression ces 5 dernières années, il passera pro en 2020 avec le Team Total Direct Energie.

« Un soulagement, oui, mais plus encore, passer professionnel, c’est depuis tout petit dans un coin de ma tête, cette signature c’est un rêve de gosse. Je suis fier après ces 5 années passées au Vendée U. » Les fans de l’équipe ont applaudi en nombre son passage chez les pros mais le futur néo pro garde la tête sur les épaules. « Je ne suis pas encore un coureur populaire, pour ça je pense qu’il faut avoir fait ses preuves dans le monde professionnel, simplement je crois que les fans de l’équipe suivent les jeunes du Vendée U de très près, leur progression, leur investissement. En l’occurrence, j’ai passé 5 ans dans la structure, ils sont toujours enthousiastes à l’idée de voir passer des jeunes à l’échelon supérieur ! »

Des éloges sur le Vendée U

« Le Vendée U c’est une petite famille, on y cultive de belles valeurs, le respect, le travail, l’entraide…  Durant ces 5 années j’ai appris énormément, sur le vélo mais surtout en dehors. Le collectif, c’est le mot d’ordre chez nous et notre principal force. Si je devais retenir un moment ce serait sans aucun doute la finale de la coupe de France DN1 2017 à Blangy, où nous gagnons sur le fil ! C’était fort ! »

Une personne simple

Issu d’une famille de cyclistes, son père a été un bon amateur, Marlon apprécie les champions qu’il a côtoyés plus jeune. « Si je devais choisir un coureur, ce serait Sébastien Chavanel, parce qu’il était en quelque sorte un modèle étant jeune. Je le connaissais donc obligatoirement je l’admirais ! C’est un coureur qui a d’ailleurs porté les couleurs du Vendée U, avant de passer professionnel dans l’équipe de Jean René, mais surtout comme moi il a couru au VC Loudun. « 

Pour être à l’aise au sein du monde professionnel, si exigeant, chaque coureur doit garder un équilibre et être capable de se ressourcer. Pour Marlon, il s’agit avant tout de ne pas rentrer dans une routine. « J’aime faire toutes sortes d’activités, extérieures, intérieures, physiques, ou pas ! En fait j’aime bien varier les plaisirs, ça permet de casser certaines formes de routines. »