Publié le 17-06-2019

« Mon rôle de capitaine de route c’est… » Perrig Quéméneur

Le Breton Perrig Quemeneur continue de travailler au quotidien en tant que capitaine de route de notre formation. Son savoir-faire, il l’a acquis au fil des saisons. On fait le point avec un coéquipier de luxe.

Une hernie discale détectée

Avec plusieurs fronts, l’équipe court régulièrement en espagne, là où Perrig a couru de nombreux jours en 2019. Il n’a pas été épargné par quelques douleurs physiques mais continue à aller de l’avant.

« Ma saison se passe correctement, malgré mes problèmes de dos et la découverte d’une hernie discale qui me gène depuis cet hiver, je n’ai plus autant de force dans les reins qu’auparavant mais j’arrive cependant à rester compétitif et à effectuer mon job de capitaine de route auprès des jeunes et des Leaders essentiellement sur le front espagnol et grimpeur. »

Objectif : maillot bleu blanc rouge pour l’équipe

« Les prochains objectifs vont être de faire un bon tour d’Occitanie avec Rein et Jonathan et bien sûr de faire en sorte que l’équipe ramène le maillot de champion de France en Vendée. » On sent cette équipe capable de peser sur la course pour la victoire.

Son rôle au sein de l’équipe

« Mon rôle de capitaine de route c’est essentiellement de servir de relais entre le directeur sportif et les coureurs, de prendre des décisions rapides sur le terrain quand il le faut, de conseiller, rassurer si nécessaire et protéger au mieux les leaders pendant la course. Bien entendu, le travail avec les jeunes se fait plus sur le long terme, le conseil et la transmission d’expérience leur permet, je l’espère, de ne pas perdre trop de temps et d’apprendre le métier, de trouver leurs places rapidement. Pour nous le fait qu’ils soient efficaces et opérationnels rapidement est hyper important. Faire des erreurs est normale, mais les faire qu’une fois c’est mieux. »

Les coureurs qui ont retenu l’attention de Perrig

Au contact de Voeckler, il a appris énormément et connaît les signes de victoire à venir. Aussi, son regard sur les coureurs de l’équipe en devenir est intéressant. « Pour le futur, il y a forcément plusieurs coureurs qui me font forte impression. Évidemment, et même si je n’ai pas couru beaucoup avec lui, Anthony Turgis fait un super début de saison et je pense qu’il fera un beau championnat, et sinon Mathieu Burgaudeau pour son âge et une première année nous laisse entrevoir de belles qualités et je pense que l’on va en entendre beaucoup parler d’ici un ou deux ans. »