Publié le 26-09-2019

Paul Ourselin, « je me rassure en me disant que je n’ai rien de cassé »

Victime d’une chute importante sur les routes du Troffeo Matteoti, Paul Ourselin panse ses plaies.

Comment se porte l’intéressé ?

L’accident s’est déroulé sur des routes que le Normand ne connait pas bien. « Je suis parti à la faute dans une descente rendue glissante par la pluie, dans le sud de l’Italie. Je ne suis pas vraiment habitué à ces conditions météos. La route a été rendue grasse et glissante. »

Maintenant, place au repos et à la convalescence. « J’en suis à mon 3ème jour de repos depuis dimanche, j’ai toujours un peu mal surtout à la hanche où j’ai des points de suture qui m’empêchent encore de rouler. C’est un peu galère encore pour marcher « normalement » et pour quelques gestes du quotidien, mais ça devrait vite passer et je me rassure en me disant que j’ai rien de cassé, c’est déjà ça. J’ai plusieurs plaies un peu partout sur le corps mais surtout une grosse quinzaine de points de sutures à la hanche gauche qui me handicapent le plus, car sinon le reste ça va. »

Un guerrier qui s’en remettra

Même s’il ne peut pas encore remonter sur son vélo, Paul pense déjà à un potentiel retour avant la fin de la saison.
« Je pense que ça va être compromis pour ce week-end mais j’espère être rétabli pour le Famene Classic, Paris Bourges et puis le tour de Guangxi en Chine qui était initialement prévu à mon programme. Je me fais retirer les points de sutures la semaine prochaine, et d’ici là j’aurai repris l’entraînement donc à ce moment là tout devrait vite s’enchaîner. J’espère en tout cas ne pas arrêter ma saison sur une chute. »

Il témoigne ainsi sa volonté qui lui a permis de faire une saison pleine. « Oui c’est une bonne année, je continue ma progression à mon rythme, j’ai découvert un grand tour, et pas n’importe lequel, sans faire de merveilles je trouve que j’ai bien appréhendé cette course sportivement comme en dehors. J’ai progressé un peu en montagne et en chrono je le sens. Je ne suis pas un coureur précoce et je mets toujours du temps à apprivoiser les catégories où je me trouve, mais je sens que je progresse palier par palier et c’est ça qui est intéressant. Maintenant, bien sûr, je suis un compétiteur, je prends du plaisir à aider mes leaders quand il le faut mais je souhaite toujours pouvoir saisir ma chance quand je l’ai et ramener la gagne. J’ai déjà eu quelques fois l’occasion, mais sans réussite et les occasions sont rares chez les pros donc à moi de bien saisir cette chance et ne pas refaire des erreurs tactiquement, physiquement etc.. que j’ai pu faire auparavant lorsque qu’elle se présentera. »