Publié le 10-03-2019

Une première étape haletante

Sur le papier, la 1ère étape de Paris-Nice est dessinée pour les sprinteurs, mais elle dévoile bien des surprises.

Attention au vent

Les consignes dans les bus présents à Saint-Germain-en-Laye, au départ de la « Course au soleil », tournent principalement autour d’une difficulté apparue ces derniers jours, le vent. Et quel vent ! Avec des très fortes bourrasques de vent un peu partout sur le circuit, on a aperçu les premiers éventails dans les cinquante derniers kilomètres. Bien placés à l’avant, les « Total Direct Energie » sont emmenés par Turgis et Terpstra, deux tacticiens. Bonifazio fait face, mais doit lâcher beaucoup de force afin de rester au contact du premier groupe. Il lui manquera un peu de fraîcheur pour se relancer dans le final et disputer le sprint. Un autre « Total Direct Energie » s’en charge, il s’agit d’Anthony Turgis, vainqueur en début d’année du GP La Marseillaise. Le Francilien, encouragé par son Papa présent au départ de l’épreuve, vient décrocher un TOP10 face aux pointures du sprint mondial. « J’ai bien sprinté, oui… Il me manquait quelques roues pour être dans la bonne vague aux 300 mètres et faire un sprint avec les prétendants à la victoire. »

Gaudin s’impose comme le meilleur grimpeur de cette première étape

Bien que l’Ile-de-France ne soit pas le terrain de jeu des grimpeurs du peloton, on retrouve deux côtes sur la 1ère étape. À l’avant dans l’échappée matinale, Damien Gaudin va passer en tête au premier grimpeur. Sur le second, il va même ressortir du peloton et passer en tête après une grosse journée de travail en tête de course. « Au début de l’étape, Combaud me demandait même de lever un peu le pied avec le vent pour pouvoir passer. » Le voici donc ressortant tout sourire du podium avec son nouveau maillot qu’il revêtira sur la 2e étape. Une belle image pour l’un des plus forts rouleurs du peloton français.